Parc Départemental de la Bergère

Bobigny (93)

Client
Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis


Équipe
LAND'ACT / Agence Thierry Maytraud (BET hydraulique) / Omnibus (paysagiste) / Degouy Routes et Ouvrages (BET VRD) / Ecosphère (écologue) / Aartill (BET Conception Lumière) / BG Ingénieurs Conseils (BET dépollution)


Calendrier
Concours Lauréat en 2018


Surface
13 hectares

Paysage

Réaménagement du Parc Départemental de la Bergère

Ouvrir l'horizon sur le ciel et le canal

Le projet crée les conditions d’une réouverture visuelle du parc pour lui restituer une échelle en cohérence avec sa véritable surface. Cette ouverture se construit avec une nouvelle topographie à deux facettes :
- un travail de nivellement fin pour redonner forme aux buttes pré-existantes et développer de grands espaces libres et en pente douce vers le canal ;
- la création de généreuses percées visuelles reliant le canal aux entrées nord et laissant le regard filer vers le ciel et l’eau.
La Maison du Parc est également remise en scène et bénéficie d’aménagements lui permettant d’être vue de loin, de retrouver la force de signal qu’elle doit porter.

Retrouver une approche sensible

L’eau si proche est aujourd’hui impalpable. Le projet permet de la faire entrer et de la diffuser dans le parc, de lui donner une place importante par la création d’un « contre-canal » et de pièces d’eau longeant le canal de l’Ourcq.
La présence du canal se trouve amplifiée par ce contre-canal traité dans un vocabulaire poétique et aux rives asymétriques.
Il participe activement à la gestion alternative des eaux de pluie. Des aménagements ponctuels de ces nouvelles berges permettent des usages sécurisés et une appropriation plus intime de l’eau, également valorisée dans diverses expressions scénographiques : fontaineries ludiques, cascadelles jouant avec la pente, brumisateurs apportant des espaces de fraîcheur l’été…

Connecter le parc et la ville

Il est essentiel de relier le parc avec son tissu urbain environnant, en particulier sur sa frange nord en créant des accès plus lisibles et sécurisants. L’accès sud est repensé par la création du contre-canal qui joue le rôle de « filtre » et crée une séquence paysagère le long de la véloroute, invitant à la promenade et à la découverte du parc.
Les aménagements s’étirent au-delà du talus de la préfecture ; le bassin et la rue du Chemin Vert deviennent des relais sur des parcours reconfigurés pour interpeller les usagers dès le pôle de transports en commun.
La dimension de paysage nocturne est totalement intégrée, dans un objectif de sécurisation et de valorisation des espaces, tout en générant une "trame noire" préservant la faune locale. La lumière conforte cette hiérarchie des connexions : trois portes lumineuses au nord, un linéaire très animé le long du canal, des chemins reliant les entrées nord au canal et à la Maison du Parc très visibles, des parcours secondaires volontairement moins éclairés.

Animer une nature diversifiée

Un parcours ludique, de jeux et d’activités se développe sur l’ensemble du parc : aire pour jeunes enfants, skate-parc, jardin en permaculture, grands espaces de pelouse… Ces zones d’activités intenses cohabitent avec des espaces de calme où se développe une multiplicité de milieux.
Le contre-canal avec des profils de berges et de fonds variés participe à l’accueil d’une riche biodiversité.
Les différents milieux créés vont dans le sens d’une gestion facilitée, sans sophistications inutiles, pour laisser une place importante aux différentes expressions du vivant qui se développent de manière spontanée plutôt que contrôlée.

Crédits images et vidéo : © Tuverras